New & Trending tracks on Soundclound

#Storytelling

  • #119 Motala – solfjädern och ångfartyget
    Staden Podcast
    01:18:40
    Learning
    3,294

    Verkstadsön i Motala ligger mellan Göta kanal och Motala Ström. Kanalen som formade och anlade köpingen, strömmen som drev Motala Verkstad. När Motala köping med sin idealplan, den solfjädersformade ritad av Baltzar von Planen blev en avkrok, blev verkstaden, ett stenkast bort men inte en del av köpingen den snabbast växande industrin i landet och fröet till hela den industriella revolutionen. Joles Verne lät fören på Nautilus komma från Motala Verkstad i Sverige. Motala är rörelser. Rörelsen Mellan borgerlig besvikelse och tekniska framsteg mellan stilla bakvatten och forsande strömmar. Och frön till nya rörelser till industrialismens långa svepande rörelser under 1800-talet och till egnahemsrörelsen, den alltigenom omvälvande iden om arbetarnas egna hem Motala köping blir också en del av de rörelser som är arbetarrörelsen, folkrörelsen och idrottsrörelsen. En stad som växer ikapp sina egna ideal och bygger en ombonad plats i brunt tegel.

  • Dernier contact
    ARTE Radio
    07:23
    News & Politics
    4,103

    Cette semaine, Livo est le premier reporter à annoncer la mort de Valéry Giscard-d'Estaing : une belle leçon de professionnalisme. Là-dessus il explique qu'il ne voulait plus (entendre) parler du Covid mais qu'il est bien obligé, même sur un air de NTM ("à mon contact le Covid reste compact"). La pandémie est toujours là et les risques aussi, de la fac à l'hôpital selon les témoignages. Désormais on vit masqué, bombardé de chiffres et de concepts bizarres ("cas contact de cas contact"). Sournois, le virus s'insinue jusque dans nos rêves... Chaque mercredi, Dépêche découpe l'actu avec un micro. Abonnez-vous à ce podcast sur notre site, Apple Podcasts, SoundCloud ou Deezer. Enregistrements : 15, 17, 19, 21, 22 septembre 20 - Texte, voix, réalisation : Olivier Minot - Mix : Charlie Marcelet - Illustration : pikisuperstar / Freepik - Production : ARTE Radio

  • Fast-fashion ou coton bio, peut-on s’habiller sans polluer ? (1)
    ARTE Radio
    36:01
    Storytelling
    4,303

    L'industrie du textile et de la mode crée de faux besoins pour qu'on achète sans cesse des habits. Notre cerveau est conditionné pour vouloir du nouveau, à n'importe quel prix. Y compris celui de la destruction des ressources, de la pollution et du gaspillage. Mais il faut savoir qu'une robe en coton bio n'est souvent pas plus écolo qu'une chemise en synthétique. Alors, que faire contre la fast-fashion ? Doit-on fabriquer soi-même ses vêtements avec des épluchures ? Des gens réfléchissent, d'autres (ou les mêmes) agissent. Delphine Saltel explore sa penderie, notre cerveau et les alternatives possibles. Premier épisode d'un nouveau podcast pour se bricoler une morale minimale par temps de crise. Avec : - Majdouline Sbai (sociologue spécialisée en environnement, membre du collectif Ethique sur l’étiquette) - Julia Faure (ingénieure en agronomie, co-fondatrice de la marque de vêtements LOOM) - Sébastien Bohler (docteur en neurobiologie moléculaire, rédacteur en chef de la revue Cerveau et Psycho) - Jean-Baptiste Fressoz (historien des sciences, des techniques et de l’environnement) Remerciements : Clémence Mignot - Elsa Monségur (La textilerie) - Nayla Aljtouni Nouveau podcast : Vivons heureux avant la fin du monde Comment s’habiller, échanger, voyager, s’aimer dans les années 20 ? Pour se bricoler une morale minimale en des temps de crises sociale, écologique et sanitaire, Delphine Saltel (Que sont-ils devenus ?, Y'a deux écoles) explore chaque mois nos incohérences et les solutions possibles. Mêlant questionnement personnel, tribulations domestiques, reportages et entretiens avec des chercheurs et des activistes, ce nouveau podcast veut alerter, éveiller et rassurer sur un autre monde possible. Livres : - « Une mode éthique est-elle possible ? » de Majdouline Sbai - « Le bug humain : Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète et comment l’en empêcher ? » de Sébastien Bohler - « L’apocalypse joyeuse, une histoire du risque technologique » et « L’événement Anthropocène, La Terre, l’Histoire et nous » de Jean-Baptiste Fressoz Enregistrements : décembre 19, janvier 20 - Texte, voix, réalisation : Delphine Saltel - Musiques originales et mix : Arnaud Forest - Illustration : Mathilde Rives - Production : ARTE Radio

  • Hold That Space - Snap Spotlights "Ear Hustle"
    Snap Judgment
    40:48
    Storytelling
    1,242

    Four women share their stories of loving incarcerated men, and the challenges they face in maintaining their relationships, staying hopeful about an eventual reunion, and carrying on with their lives on the outside. We also hear from a man sentenced to Life without the possibility of parole. Snap Judgment presents, “Hold That Space,” a special spotlight on the Ear Hustle Podcast, from PRX’s Radiotopia. Content Advisory: This episode discusses sex and contains explicit language. Sensitive listeners, please be advised. Thanks to Erica Olson, Loraine Serrano, Darlene Burke, Annette Shields, Raven Campbell, Raylene Ruiz, Theresa, Sutina Green, and Steven Green for sharing your stories for this episode. And BIG thanks + so much love to the entire Ear Hustle family! Be sure to visit www.EarHustleSq.com to hear more stories, see pictures from episodes, and follow everything Ear Hustle. They just dropped a new season! Ear Hustle comes to us from PRX’s Radiotopia, this episode is produced by Earlonne Woods, Nigel Poor, Rhasaan “New York” Thomas, John “Yahya” Johnson, Pat Mesiti-Miller, and Bruce Wallace. This episode was scored with music by Antwan Williams, Rhashiyd Zinnamon, and David Jassy. Artwork by Antwan Williams

  • Petrony - Spooked
    Snap Judgment
    34:29
    Storytelling
    1,200

    David’s family has owned the same plot of farmland in North Carolina for over 300 years. As he gets older, he starts to realize that some family members have never really left... Thank you, David, for sharing your story with the Spooked. Big love to you & Petrony! Produced by Greta Weber, original score by Jordain Wallace Artwork by Sanaa Khan Congrats to our Spooked Theme Song Remix winners, Paul Kleinschmidt & Celeste Yglesia! Season 5 has 22 new episodes, each released weekly on Mondays & Fridays. Select episodes will be available across streaming platforms (like this episode), but you can find ALL the new episodes only on Luminary. You can get a Luminary subscription for as little as $2.99 a month with their annual plan, plus a 7-day free trial to get started. Visit luminarypodcasts.com to start your free trial.

  • #162: What if you grew up in a cult?
    ThisIsActuallyHappening
    01:01:15
    Storytelling
    1,099

    “I didn’t know what normal was, so everything looked so scary….Everything I was doing I was learning for the time it was like my birth into the world.” Producer: Whit Missildine Social Media: Instagram: @actuallyhappening Website: thisisactuallyhappening.com Content/Trigger Warnings: child abuse, sexual abuse, suicide, death, drug use, mental illness, explicit language Support the Show: Support The Show on Patreon https://www.patreon.com/happening Engage with the Community: Join the This Is Actually Happening Discussion Group on Facebook: https://www.facebook.com/groups/201783687561039/ Shop at the Store: The This Is Actually Happening online store is now officially open. Follow this link https://www.teepublic.com/stores/this-is-actually-happening-store?ref_id=9467 to access branded t-shirts, posters, stickers and more from the shop. Intro Music: "Illabye" – Tipper Music Bed: “Union Flow” – Spuntic Outro Music: "The Moon is Down" - El Diablo & Adam Schraft (Rojo y Negro) @eldiablosf @rojo-y-negro www.eldiablobass.com/

  • Shame
    Snap Judgment
    53:30
    Storytelling
    1,133

    What’s keeping you from feeling proud today? We’re exploring that question with a special Snap two-for-one: SHAMEBOOTH, a traveling art installation, hotline, and podcast featuring the voices of real people sharing their shame, and “Quiet Is Best,” a story from Julie Lindahl about her shocking discovery of a secret — and shameful — family legacy. Content advisory: These stories detail substances, violence against a trans person, graphic images of Nazi Germany, and sexual assault. Sensitive listeners, please be advised. STORIES: SHAMEBOOTH Recordings SHAMEBOOTH explores the science & psychology behind one of the most intense and isolating emotions a person can feel by capturing the voices of real people who step into a refurbished phone booth to speak their truths. It has become an art installation, podcast, hotline, live event space, and movement to help people get proud. A very big thank you to all of the brave people who stepped into the SHAMEBOOTH, baring their souls. For more, head on over to SHAMEBOOTH and subscribe to the podcast! SHAMEBOOTH’s creator and host is Paula Williams. The podcast is produced by the fine folks at SOUND MADE PUBLIC: Tania Ketenjian, Philip Wood, and Katie McCutcheon. Production assistance was by Snap’s Regina Bediako. “Quiet is Best” – Snap Classic When Julie Lindahl discovered that her grandfather had been an active member of the German SS, she decided to return to the scene of his crimes. But her grandmother made things difficult. Thank you, Julie, for sharing your story with Snap! A version of this story was originally produced for the podcast Kind World. For more, please make sure to check out Julie Lindahl’s book, The Pendulum: A Granddaughther’s Search for Her Family’s Forbidden Nazi Past. Produced by Erika Lantz, original score by Leon Morimoto with production assistance by Liz Mak Season 11 – Episode 28

  • Paperwork
    Snap Judgment
    03:57
    Storytelling
    955

    Glynn does everything right... almost. Produced by Pat Mesiti-Miller

  • Quiet is Best - Snap Classic
    Snap Judgment
    30:47
    Storytelling
    988

    When Julie Lindahl discovered that her grandfather had been an active member of the German SS, she decided to return to the scene of his crimes. But her grandmother made things difficult. Thank you, Julie, for sharing your story with Snap! A version of this story was originally produced for the podcast Kind World. For more, please make sure to check out Julie Lindahl’s book, The Pendulum: A Granddaughther’s Search for Her Family’s Forbidden Nazi Past. Produced by Erika Lantz, original score by Leon Morimoto with production assistance by Liz Mak

  • The Columnist (Part 1)
    latheatreworks
    59:00
    Theater
    0

    Veteran journalist Joseph Alsop thrived in his role as the right-hand man for Washington’s political elite, influencing both policy and public opinion with his inflammatory columns. But as the political certainties of the post-war era began to chip away in the late 1960s, so did Alsop’s authority, both on the page and in his own life. Directed by David Auburn Producing Director: Susan Albert Loewenberg John Vickery as Joseph Alsop JoBeth Williams as Susan Mary Alsop John Getz as Stewart Alsop David Krumholtz as Halberstam Wilson Bethel as Andrei/Philip Tara Lynne Barr as Abigail

  • Shamebooth Recordings
    Snap Judgment
    15:16
    Storytelling
    986

    SHAMEBOOTH explores the science & psychology behind one of the most intense and isolating emotions a person can feel by capturing the voices of real people who step into a refurbished phone booth to speak their truths. It has become an art installation, podcast, hotline, live event space, and movement to help people get proud. Content advisory: These stories detail substances, sexual assault, and violence against a trans person. Sensitive listeners, please A very big thank you to all of the brave people who stepped into the SHAMEBOOTH, baring their souls. For more, head on over to SHAMEBOOTH and subscribe to the podcast! SHAMEBOOTH’s creator and host is Paula Williams. The podcast is produced by the fine folks at SOUND MADE PUBLIC: Tania Ketenjian, Philip Wood, and Katie McCutcheon. Production assistance was by Snap’s Regina Bediako.

  • The Columnist (Part 2)
    latheatreworks
    59:00
    Theater
    0

    Veteran journalist Joseph Alsop thrived in his role as the right-hand man for Washington’s political elite, influencing both policy and public opinion with his inflammatory columns. But as the political certainties of the post-war era began to chip away in the late 1960s, so did Alsop’s authority, both on the page and in his own life. Directed by David Auburn Producing Director: Susan Albert Loewenberg John Vickery as Joseph Alsop JoBeth Williams as Susan Mary Alsop John Getz as Stewart Alsop David Krumholtz as Halberstam Wilson Bethel as Andrei/Philip Tara Lynne Barr as Abigail

  • Love & Prohibition
    Selected Shorts
    57:22
    Storytelling
    196

    Guest host David Sedaris presents three stories about love and constraints. Jamaica Kincaid’s “Girl” conjures up a tough but loving mother in a humorous laundry list of dos and don’ts. She’s brought to life by Hattie Winston. George Saunders’ story title says it all: “Lars Farf, Excessively Fearful Husband and Father” takes protectiveness to hilarious extremes. The reader is James Naughton. And in Carson McCullers’ “A Domestic Dilemma,” read by Joanna Gleason, a Southern family has a secret.

  • Bookmakers : Tristan Garcia (4/4)
    ARTE Radio
    21:03
    Storytelling
    3,841

    Bookmakers #4 - L’écrivain du mois : Tristan Garcia À l’aube de ses 40 ans, Tristan Garcia est déjà l’auteur de quinze ouvrages, dont la puissance d’imagination, la rigueur conceptuelle et la variété laissent pantois. Originaire de Toulouse, ce romancier et professeur de philosophie installé à Lyon se fait connaître à 27 ans avec « La meilleure part des hommes », un « conte moral » sur les ravages du sida dans le Paris des années 90, distingué du prix de Flore et traduit en quatre langues. Dans ses romans, ce fan de science-fiction et de littérature de genre écrit sur nos futurs, l’ultragauche, les sports oubliés ou un singe surdoué, sans oublier ses essais théoriques sur le droit des animaux, l'intensité, le sens du collectif ou la série « Six Feet Under ». En 2015, son recueil magistral de sept histoires fantastiques, paru sous le titre « 7 », reçoit le prix du Livre Inter et s’écoule à 60 000 exemplaires. En partenariat avec Babelio (4/4) Tristan, le constructeur Des romans, des nouvelles et des pavés de métaphysique. Au total : quinze bouquins publiés en l’espace de douze ans, sans oublier des préfaces, des conférences et des articles à la pelle que l’on compile déjà en recueil. À 39 ans, Tristan Garcia dit souvent que l’écriture de tous ses ouvrages – qui auraient grandi « comme un toit de tuile », les uns sous les autres – fut « assez anarchique ». Il dit parfois aussi qu’il lui aura fallu « dans chaque roman, rater quelque chose pour en retirer un savoir-faire ». Mais comment fait-il, sérieusement, pour écrire autant ? Dans ce quatrième et dernier épisode, ce professeur de philosophie lyonnais, qui refuse farouchement de se professionnaliser en tant qu’auteur, ce mélomane et cinéphile compulsif, qui vit sans téléphone et ne s’exprime jamais sur les réseaux, détaille sa relation complexe au milieu littéraire, à l’argent ou à son propre corps, frappé de névralgie faciale en écrivant sept cents pages… sur « l’histoire de la souffrance ». Tristan Garcia imagine enfin l’écrivain qu’il sera en 2040, convoqué par « le tribunal de sa propre jeunesse ».

  • Afl. 269 Marokko: Naïma Najib
    Echt Gebeurd
    09:38
    109

    Naïma Najib besluit van een familiebezoek in Marokko een zakenreis te maken.


    Volg Naïma op Instagram: www.instagram.com/naimazahra

    En volg daar dan meteen ook Echt Gebeurd: www.instagram.com/echt_gebeurd

  • Bookmakers : Tristan Garcia (1/4)
    ARTE Radio
    35:19
    Storytelling
    3,512

    Bookmakers #4 - L’écrivain du mois : Tristan Garcia À l’aube de ses 40 ans, Tristan Garcia est déjà l’auteur de quinze ouvrages, dont la puissance d’imagination, la rigueur conceptuelle et la variété laissent pantois. Originaire de Toulouse, ce romancier et professeur de philosophie installé à Lyon se fait connaître à 27 ans avec « La meilleure part des hommes », un « conte moral » sur les ravages du sida dans le Paris des années 90, distingué du prix de Flore et traduit en quatre langues. Dans ses romans, ce fan de science-fiction et de littérature de genre écrit sur nos futurs, l’ultragauche, les sports oubliés ou un singe surdoué, sans oublier ses essais théoriques sur le droit des animaux, le sens du collectif ou la série « Six Feet Under ». En 2015, son recueil magistral de sept histoires fantastiques, paru sous le titre « 7 », reçoit le prix du Livre Inter et s’écoule à 60 000 exemplaires. En partenariat avec Babelio (1/4) Jungles en mémoire C’est un homme à la voix juvénile et d’une extrême pudeur, qui surgit en 2008 avec un premier roman très cru aiguisé pour être « une machine de guerre contre l’autofiction ». Quand Tristan Garcia publie à 27 ans « La meilleure part des hommes », un « conte moral » sur les débats, les ébats et les ravages du sida dans le Paris des années 90, ce normalien timide originaire de Toulouse, qui rêve de continents perdus, de dimensions parallèles, de transmigration des âmes et d’amour éternel, part à l’attaque de la littérature de l’intime. Il se « contrefiche de lui-même » et n’a pas « le moindre désir » de reconstituer la « petite prison de ses perceptions », ou de se créer un double de papier qui « boucherait son horizon ». Douze ans plus tard, le paysage est vaste. À l’aube de ses 40 ans, Tristan Garcia est déjà l’auteur de quinze ouvrages, dont la puissance d’imagination, la rigueur conceptuelle et la variété laissent pantois. Dans le désordre : un essai sur la série « Six Feet Under » (« Nos vies sans destin ») ; un recueil magistral de sept histoires fantastiques toutes liées entre elles, paru sous le titre « 7 », un roman sur un activisme d’ultragauche surdoué qui se prend pour le diable (« Faber, le destructeur »), un recueil de nouvelles sur des sports oubliés (« En l’absence de classement final »), une fiction de S.-F. sur un astronaute capable d’arrêter le temps (« Les Cordelettes de Browser »), un roman d’aventures scientifiques en partie rédigé par un singe qui essaie d’écrire en français (« Mémoires de la jungle »), quand il ne s’abîme pas dans « Âmes », sa gigantesque trilogie en cours sur la souffrance à tous les âges du vivant, sans oublier tous les livres théoriques de ce prof’ de philo désormais lyonnais, sur le droit des animaux, l’intensité, le sens du collectif… Mais comment tout a démarré ? Quelle est l’origin story de ce fan encyclopédique de bande dessinée ? De cet ogre de lecture à la mémoire photographique sidérante ? Lui qui créa un héros « dont l’intelligence sans sol ni plafond est une malédiction » ? Quels souvenirs demeurent de son enfance en Algérie ? Parmi tous ses nombreux romans « morts-nés » rédigés à l’adolescence, est-il vrai que l’un met en scène… le kidnapping de Beyoncé ? Enregistrements : juillet 20 - Entretien, découpage et lectures : Richard Gaitet - Prise de son : Arnaud Forest - Montage : Sara Monimart - Réalisation, musique originale et mixage : Samuel Hirsch - Illustrations : Sylvain Cabot - Production : ARTE Radio

  • Bookmakers : Tristan Garcia (3/4)
    ARTE Radio
    30:42
    Storytelling
    3,396

    Bookmakers #4 - L’écrivain du mois : Tristan Garcia À l’aube de ses 40 ans, Tristan Garcia est déjà l’auteur de quinze ouvrages, dont la puissance d’imagination, la rigueur conceptuelle et la variété laissent pantois. Originaire de Toulouse, ce romancier et professeur de philosophie installé à Lyon se fait connaître à 27 ans avec « La meilleure part des hommes », un « conte moral » sur les ravages du sida dans le Paris des années 90, distingué du prix de Flore et traduit en quatre langues. Dans ses romans, ce fan de science-fiction et de littérature de genre écrit sur nos futurs, l’ultragauche, les sports oubliés ou un singe surdoué, sans oublier ses essais théoriques sur le droit des animaux, l'intensité, le sens du collectif ou la série « Six Feet Under ». En 2015, son recueil magistral de sept histoires fantastiques, paru sous le titre « 7 », reçoit le prix du Livre Inter et s’écoule à 60 000 exemplaires. En partenariat avec Babelio (3/4) Un chiffre et des lettres « La grande forme du roman se déploie quand on essaie d’outrepasser les bornes de son existence, quand on s’extrait de soi, quand on tente d’envelopper plusieurs vies, réelles ou imaginaires. » Dans l’univers multiple des livres de Tristan Garcia, ouvrons maintenant la porte d’entrée la plus claire. Le titre de ce roman, publié en 2015 chez Gallimard, est un chiffre : « 7 », comme le nombre d’histoires qui composent cette suite de « romans miniatures » lisibles de manière indépendante mais qui finissent par laisser apparaître l’architecture d’un grand roman d’imagination, rare et généreux, semblable à sept épisodes de « La Quatrième Dimension ». Sacré du prix du Livre Inter, écoulé à plus de 60 000 exemplaires, il y est question d’une drogue qui permet de se reconnecter à des états antérieurs de conscience, de rouleaux de bois à l’origine de toutes les révolutions musicales du vingtième siècle, d’une mannequin riche et célèbre qui ne doit sa beauté qu’à un jeune homme défiguré, d’une France fantomatique où la révolution prolétarienne a eu lieu, d’extraterrestres, d’hémisphères sous cloches où les gens ne se regroupent plus que par affinités ethniques ou socio-culturelles, ou d’un garçon qui revivra sept fois sa vie du début à la fin… Comment tout ceci s’est-il construit ? Comment fonctionnent les mécanismes de son imagination, jusqu’au passage à la phrase elle-même, chez cet écrivain pour qui la sacro-sainte question du style est toujours secondaire ? Dans ce troisième épisode, Tristan Garcia nous ouvre sa boîte à outils. Enregistrements : juillet 20 - Entretien, découpage et lectures : Richard Gaitet - Prise de son : Arnaud Forest - Montage : Sara Monimart - Réalisation, musique originale et mixage : Samuel Hirsch - Illustrations : Sylvain Cabot - Production : ARTE Radio

  • Bookmakers : Tristan Garcia (2/4)
    ARTE Radio
    41:23
    Storytelling
    3,400

    Bookmakers #4 - L’écrivain du mois : Tristan Garcia À l’aube de ses 40 ans, Tristan Garcia est déjà l’auteur de quinze ouvrages, dont la puissance d’imagination, la rigueur conceptuelle et la variété laissent pantois. Originaire de Toulouse, ce romancier et professeur de philosophie installé à Lyon se fait connaître à 27 ans avec « La meilleure part des hommes », un « conte moral » sur les ravages du sida dans le Paris des années 90, distingué du prix de Flore et traduit en quatre langues. Dans ses romans, ce fan de science-fiction et de littérature de genre écrit sur nos futurs, l’ultragauche, les sports oubliés ou un singe surdoué, sans oublier ses essais théoriques sur le droit des animaux, le sens du collectif ou la série « Six Feet Under ». En 2015, son recueil magistral de sept histoires fantastiques, paru sous le titre « 7 », reçoit le prix du Livre Inter et s’écoule à 60 000 exemplaires. En partenariat avec Babelio (2/4) La part des choses « Le pic de l’autofiction parisienne m’énervait. Je me suis dit : tente le contre-pied radical, très loin de toi, sur une expérience non-vécue. » Quand Tristan Garcia s’attelle en 2006, à 25 ans, à l’écriture de « La meilleure part des hommes », qui sera son premier roman publié deux ans plus tard aux éditions Gallimard, ce Toulousain straight, pudique et poli, qui ne connaît de Paris que « trois stations de métro », s’efforce d’adopter « une autre manière d’aimer, de parler, de penser ». Et choisit d’entrecroiser, « avec vitesse et impureté », dans les années 90 contaminées par le sida, les langues et les destins d’un écrivain gay toxicomane adepte de l’amour sans capote (fortement inspiré de Guillaume Dustan), d’une figure du militantisme de prévention (on pense vite à Didier Lestrade, fondateur d’Act-Up), d’un philosophe de gauche qui vire réactionnaire (beaucoup y ont vu le parcours d’Alain Finkielkraut) et d’une journaliste de Libé – caricaturale et, de son propre aveu, « ratée » –, qui fait le lien entre les trois. Distingué du très branché prix de Flore et vendu à 50 000 exemplaires, traduit en quatre langues et monté au théâtre, « La meilleure part des hommes » vaudra à Tristan Garcia énormément d’embarras et de malentendus. S’il ne s’agit pas de la meilleure part de son œuvre, cette entrée en littérature riche en enseignements va nous permettre, dans ce deuxième épisode, de réfléchir à des questions capitales pour notre époque : comment se projeter dans un autre genre que le sien ? Et l’usage du mot « pédé » quand on est hétéro, c’est OK ou pas ? Enregistrements : juillet 20 - Entretien, découpage et lectures : Richard Gaitet - Prise de son : Arnaud Forest - Montage : Sara Monimart - Réalisation, musique originale et mixage : Samuel Hirsch - Illustrations : Sylvain Cabot - Production : ARTE Radio

  • #200 - Di Er Bai Ji!
    The History of China
    01:14:13
    446

    It's our 200th(ish) episode! And so we we take to the listeners to answer some of their burning questions about... Daoist gods... Islam in China... The Mandate of Heaven... sacrifices! ... the political expedience of murdering Mongol ambassadors... The Duke ... the names of emperors... technology transfers ... Korean empresses... and more!

  • Domestic Violence in Lockdown: COVID-19 and the UK’s Domestic Abuse Bill
    Making Contact
    29:17
    News & Politics
    66

    Like this program? Please show us the love. Click here ow.ly/oSpU30hHCXp and support our non-profit journalism. Thanks! Domestic abuse affects everyone it touches—intimate partners, children, and elders. COVID-19 created new problems for victims of domestic violence and made some worse. This show looks at the challenges to survivors and their advocates posed by the pandemic and examines a landmark piece of legislation in the UK that could change the way countries there handle domestic abuse cases.